berceau bebe vintage osier

Comment décorer une chambre d’enfant de façon vraiment originale ?

Kawaii, super-héros ou design scandinave … comment se libérer des diktats des tendances pour créer une chambre unique

Lorsqu’on cherche des idées déco en feuilletant les magazines branchés ou en furetant dans les magasins et e-shop de décorations pour enfants, on a parfois le sentiment que notre horizon esthétique est fort limité. Il semble se réduire à la mode scandinave, au Liberty, aux licornes et autres flamands roses ou aux produits dérivés. Pourquoi devoir choisir entre la chambre de super-héros et la chambre rose poudré ? Entre la chambre Jacobsen et la chambre kawaii ? Proposons à nos enfants une chambre plus personnalisée, prémisse d’une vie sous le signe du beau et de l’exigence !

Les diktats visuels d’aujourd’hui dans la décoration de chambre d’enfant

En simplifiant le propos, il nous semble que le choix est assez limité en matière de décoration pour chambre d’enfants. On parle volontiers de food porn pour caractériser la tendance à mettre en scène les aliments et à partager sur les réseaux sociaux ces images léchées de notre tarte du week-end. Tendance qui conduit à uniformiser les pratiques, voire les recettes. Or, en furetant sur le web, nous avons le sentiment d’être entrés dans une ère ou une dictature du « déco porn » pour ce qui est de nos chambres d’enfants. Que l’on parle de couleurs, d’objets fonctionnels ou décoratifs, l’univers enfantin semble réduit à 4 territoires. Et ces territoires sont largement influencés voire suggérés par les codes esthétiques adultes actuels et l’univers télévisuel.

Le monde scandinave ou le monopole du goût pour la décoration de chambre d’enfant

Avec ses tons neutres, ses lignes si caractéristiques, le design scandinave a envahi nos intérieurs. Décliné en premier prix ou en ultra chic selon les concept stores. Ses avatars pour enfants chics (nuages, lunes, arc-en-ciel) sont légion. J’avoue avoir succombé depuis longtemps au diktat du pastel et du taupe. Je regrette néanmoins cette uniformité de nos espaces de vie engendrée par ce « bon goût » imposé. Je le regrette d’autant plus que la mode scandinave est souvent coupée de son origine, son sens, son histoire. La mode la réduit à sa plus simple expression, celle de la grande consommation.

L’univers de la licorne ou le merveilleux facile

La culture pop a ripoliné l’iconographie traditionnelle et la symbolique associée (pureté, invisibilité, force…). La licorne est devenue un incontournable de la décoration enfantine. Certes, avec sa crinière arc en ciel et sa corne pailletée, cette créature légendaire est propice au récit et à l’imagination. Déclinée ainsi à l’envi de la peluche à la lampe en passant par les bouées. (Je reconnais là encore avoir cédé sur la veilleuse). Symbole communautaire pour certains, argument marketing pour d’autres, sympathique à tous égards, l’animal fantastique est devenu un must have enfantin. La licorne est plutôt féminine dans sa version rose ou les avatars de dessins animés. Pour autant, dans sa version épurée (qui s’intègre parfaitement dans le design nordique), elle transcende les codes genrés …

Attention cependant il semble que le lama pointe son museau fin 2018. Il ne tardera sans doute pas à renvoyer la licorne dans sa forêt enchantée !

la dame a la licorne

La Floride des 50’s en mode Insta

Instagram a relooké le cliché sirupeux et opulent de la Floride des années 50 et 60. Ananas, flamands roses, cactus, postes de radio ou téléphones faussement d’époque ont récemment quitté le monde des Madmen (ou le musée du kitsch). Ils se propulsent à la pointe des tendances de 2018. Si elles ne renvoient pas directement aux codes de l’enfance, ces icônes flashy et photogéniques ont envahi les rayons et les magazines.

Curieusement, ils occupent aussi bien le salon que la chambre des enfants. Dans une perspective de fusion régressive ou d’inscription précoce dans le monde du mass market (avec le symbole fort, voire duplice, de l’Amérique hégémonique dans ces décennies qui ont vu naître la consommation de masse).

bouée flamand rose piscine

Présente dans l’environnement de l’enfant depuis le XVIe et le XVIIe, avec les contes (de Perrault ou de fées), les bestiaires ou les civilités, l’image nous semble essentielle pour le développement de l’enfant et son sens esthétique, de sa fantaisie. Elle a toute sa place dans la chambre de nos enfants. Mais il nous semble préférable de privilégier une image qui permette à notre enfant de construire son musée imaginaire ou son imaginaire tout court. Proposons une reproduction de tableau, une carte du monde, une photo de la nature ou une œuvre d’art détournée. Evitons de lui imposer une lithographie que mutatis mutandis nous approuverions dans notre salon.

Un lit de rêve

Un coussin ou une couette joliment illustrée pour accompagner le sommeil. Evident ? Pas tant que ça : le sommeil est soumis aux mêmes modes que le reste de la chambre. Nous avons envie de conserver un lit exempt de toute référence marketing ou à l’univers du dessin animé ou du jeu vidéo. La décoration peut redonner sa place au rêve et préserver un espace de liberté dans la chambre. Alors soit un jeu de couleurs évolutifs (trois parures unies et c’est parti pour les combinaisons) soit un univers propre à chaque parent. Et haro sur l’omniprésent Liberty si « genré » et enjôleur.

Une belle peluche

Pour nous, la peluche est un élément central de la chambre d’enfant, avec sa fonction d’objet transitionnel, d’objet de décoration ou de compagnon de jeu. Douce, chaleureuse, elle a sa place sur un lit, une étagère, un fauteuil. Une fois encore, nous préférons jouer la qualité sur la quantité, et la durée sur l’éphémère. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par une peluche over-size qui sera durablement un pilier de la décoration de la chambre et le réceptacle inépuisable des câlins, secrets et chagrins?

Des livres à lire et à vivre

Avant tout, pour donner le goût de la lecture, et des histoires, des livres pour nos enfants. Chacun aura ses préférés. J’essaie de privilégier l’exigence et le plaisir avec mes enfants, et de leur laisser se réapproprier les histoires, les personnages, pour les faire vivre l’écriture et le récit. En ce moment, les enfants adorent mimer les scènes de Chhht de Sally Grindley et jouent avec leur peluche Tomte, l’histoire d’Astrid Lindgren.

Prendre le temps, même avant la naissance, de constituer une petite bibliothèque enfantine ne nous semble pas du temps perdu. Suivre  les conseils précieux des irremplaçables libraires de quartier ou se plonger dans la belle revue des livres pour enfants de la Bibliothèque nationale de France est de loin préférable à se fier au hasard des cadeaux épars que recevra votre progéniture. Vos enfants se souviendront d’ailleurs longtemps des livres qu’ils ont toujours vu sur leurs étagères…

Un rangement personnalisé

Enfin, parce qu’une chambre d’enfant est faite de jeux et de jouets en constante sollicitation et toujours en mouvement, elle doit également comporter une boite, un coffre, un panier de rangement.

Contre cette tendance à l’envahissement contre laquelle nous nous épuisons tous, et plutôt qu’une boîte standardisée et commune, il est facile de construire un objet selon les goûts ou l’âge de l’enfant (avec un dinosaure, des mandalas, un collage, …). Pour prévenir la question « mais où sont passés tous nos dessins », nous proposons la (belle) boîte à art ou la boîte à doudous.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *