Au théâtre ce soir ou presque : redécouvrir l’histoire des marionnettes

Il était une fois le Guignol de notre enfance et ses compagnies ambulantes, souvent le premier contact avec le théâtre. Il était une fois Pygmalion et Pinocchio, fables à portée philosophique sur le rôle de l’éducation et les fils qui tirent les humains dans des sens contraires. 

Et il était une fois la marionnette. De cuir, de bois, de tissu, à tige ou à gaine… Qu’elle s’appelle marionnettes, puppet, pantin ou autre, la marionnette est indissociable de l’histoire humaine. Présente dans l’antiquité comme dans l’histoire moderne, dans la rue comme dans les musées. Banalisée aujourd’hui parfois sous la forme des marionnettes à doigts pour tout-petits, elle est un objet, un art, à la croisée des arts de la scène et des arts plastiques. Ses artistes sont à la fois ceux qui conçoivent, animent et tiennent le fil de l’histoire.

De la philosophie à la farce : la marionnette est partout

« Petite scène ambulante, parodie de la vie humaine […] divertissement original qui a fait, ou peu s’en faut, le tour de notre planète et a réjoui, depuis bientôt trois mille ans, les deux tiers du genre humaine ». Telle est l’entrée en matière, pour décrire la marionnette et son histoire de Charles Magnin, l’un des premiers historiens à s’être intéressé au sujet à la fin du XIXe siècle. Il voit également dans celle-ci une représentation des idoles religieuses. Si cette interprétation n’est pas forcément avérée, il n’en reste pas moins que la marionnette est un objet très ancien. L’Antiquité, le Moyen-âge ou l’époque moderne ont chacun à leur manière, façonné la tradition de la marionnette.

Platon en fait l’un de ses allégories, les Egyptiens l’ont associée au culte des morts et aux cérémonies religieuses ou sacrées, et les Romains ont laissé de nombreuses traces de marionnettes et de spectacles associés. Les marionnettes semblent avoir été utilisées tant pour jouer seul, que pour des spectacles collectifs, ambulants ou sédentaires. Très vite, la marionnette prend la forme qu’on lui connait aujourd’hui, avec sa structure mobile et ses costumes. Permettant d’imiter ou parodier les caractères humains.

Et la tradition européenne, entre marionnettes religieuses et spectacles satyriques est loin d’être la seule. L’histoire asiatique est également parcourue de traces de marionnettes, de même que les arts premiers. Théâtre des objets, théâtres d’ombres, marionnettes hiératiques … La marionnette semble ainsi universelle et intemporelle.

 

Histoire marionnette

Marionnette Préhistorique. Crédit photo : Czech Marionettes

 La marionnette à la jonction des arts

Sculpture, peinture, mécanique, poésie, musique… L’univers de la marionnette fait se rejoindre de nombreuses techniques artistiques.

La confection de la marionnette, des castelets (décor de théâtre), leur manipulation, ou la mise en scène sont autant de savoir-faire et de traditions.

Sous les doigts des artistes de marionnettes, toutes les matières s’animent. Papier, bois, cuirs, tissus et aujourd’hui résines ou plastique, la marionnette est le reflet de son temps et de son lieu.

Marionnette à gaine, marionnettes à fils et à tringle

Les marionnettes à gaine (ou plus familièrement à main) se composent d’un costume en tissu et d’une tête creuse en bois, papier mâché, latex… Ce sont celles que l’on anime par le bas, en introduisant deux doigts dans la tête de la marionnette pour la faire bouger, tandis que les mouvements des bras sont contrôlés par les autres doigts de la main. Enfin, l’ensemble est parfois soutenu par une tige en bois pour faire bouger l’ensemble de la marionnette.  Le marionnettiste est alors le plus souvent caché derrière son théâtre de marionnettes.

Les théâtres de marionnettes parisiens, du Luxembourg au Buttes Chaumont, en passant par que l’on appelle souvent, familièrement, le théâtre de Guignol, sont sur ce modèle.

Les marionnettes à fils sont contrôlées et animée par des fils reliant les différentes parties de sa structure (tête, bras, jambes…) à un support en bois : la croix d’attelle ou le contrôle. Elle est donc manipulée par le « dessus ». Le mécanisme de contrôle et de fils s’appelle l’ensecret. Les marionnettistes perfectionnent leurs propres mécanismes et en gardent souvent jalousement les secrets. 

Les marionnettes à tringles sont aussi manipulées par le haut, à l’aide d’une tringle rigide.

Histoire marionnette

Figures classiques des marionnettes

De nombreuses marionnettes sont passées à la postérité. Issues de la satire populaire, ces figures ont laissé des traces dans l’imaginaire collectif. Il y a bien sûr Pétrouchka,  Polichinelle et son nez d’éléphant en Italie, Cargueuse et son phallus gigantesque en Turquie (puis en Grèce, en Egypte ou en Grèce) mais aussi ceux dont les noms de manqueront pas d’évoquer des souvenirs d’enfant, avec leurs traits caricaturaux et leurs tirades savoureuses. 

Punch la cruelle marionnette anglaise

Personnage né au XVIIe siècle. Cruel et méchant, notamment avec sa femme et son fils, Punch est un personnage satyrique qui, à la fin, il doit toujours être pendu. Mais il réussit toujours à pendre le gendarme ou le juge. Très célèbre en Angleterre, ses vertus éducatives sont aujourd’hui contestées !

Guignol (et son compère Gnafron) les marionnettes de contestation

Né à Lyon, avant la Révolution, dans le monde des canuts, Guignol est le porte-parole des revendications des canuts. Les « Guignolistes », censurés sous le Second Empire, ont édulcoré leur propos et standardisé ses aventures pour l’exporter dans le reste de la France. Il emprunte néanmoins de nombreux caractères à des figures italiennes, et comme toutes les marionnettes de contestation, il se plait à rosser le gendarme.

La Fleur et le droit à la paresse en version marionnette

C’est un peu le cousin de Guignol, même si La Fleur est une marionnette à fils. Créé à Amiens au XVIIe siècle, il est la voix du petit peuple et l’expression de la truculence supposée des picards.  La Fleur aime boire et ne rien faire. Sa femme croit souvent qu’il est parti travailler alors qu’il pêche. Elle est la voix de la raison.

La Fleur, quand Guignol rosse avec son bâton, frappe avec son pied. Vêtu en valet de comédie, il incarne la protestation sociale des petits.

De la farce classique à la satire politique

Les dernières décennies ont marqué un renouveau pour les marionnettes avec la satire politique. Le bebete show ou les Guignols de l’info ont perpetué la traidtion française avec un succès … manifeste et des audiences inégalées. Pour une fois on dit : merci la télé ?

Nos marionnettes tchèques : une tradition renouvelée

Nous avons la chance de pouvoir distribuer des marionnettes fabriquées artisanalement dans un atelier pragois.

La marionnette tchèque, il faut le noter, un instrument de résistance pendant la seconde guerre mondiale. 

Ces artistes et artisans perpétuent la tradition des marionnettes en bois d’Europe centrale. Certains de leurs modèles sont exposés dans des musées, et s’inscrivent dans l’iconographie des monstres et sorcières des contes et de la culture folklorique. 

Mais ils fabriquent également des modèles pour le cinéma. 

Histoire marionnette
Histoire marionnette

Quelques anecdotes savoureuses de l’histoire des marionnettes

D’où vient le nom de marionnettes ?

Peut-être de Marie. Sous François Ier, les marions désignaient des piécettes, des ducats à l’effigie de Marie. D’où le nom de « petite marie ». 

La mère de Louis XIII aurait fait interdire un spectacle de marionnettes, jugé obscène… Les marionnettes étaient vues comme frondeuses et surtout occasionnaient des rassemblements populaires, vus parfois comme des menaces pour l’ordre public… 

Nous continuons nos lectures et enrichirons cette partie. Promis.

Pour en savoir plus sur l’histoire des marionnettes et de leurs artistes

France culture a consacré nombre d’émissions sur les marionnettes et leurs créateurs, leurs manipulateurs et leurs histoires.

Nous avons particulièrement aimé la série de Vignettes et surtout, un épisode de 1976 des nuits de France culture consacré aux marionnettes.

Il y a aussi un bel ouvrage de l’historien Charles Mangin, sur l’histoire des marionnettes depuis l’antiquité, publié au XIXe siècle, disponible sur le site de la BnF ou dans une réédition récente.

Enfin, il y a bien sûr le festival international de la marionnettes à Charleville-Mézières, dont l’édition 2021 se tiendra en septembre. 

 

À lire aussi…