plage combi jaune

L’été est là, et avec lui est arrivé le grand déballage des jouets de plage. Ballons, bouées, seaux, râteaux, cerfs-volants, épuisettes frisbees, raquettes, pistolets à eau… Pour les plaisanciers des bords de mer, aucune chance d’échapper à cette déferlante. D’autant que nombreux sont les parents qui rachètent l’attirail saisonnier chaque année. Mais en a-t-il toujours été ainsi ? D’où viennent ces jeux ?

La plage : une évidence pour les vacances françaises d’aujourd’hui qui n’a pas toujours été de soi

Si la promenade en bord de mer, le château de sable les pieds dans l’eau ou encore la pêche aux coquillages sont désormais des emblèmes des vacances, cela est loin d’avoir été toujours le cas.

La plage a longtemps été réservée aux pêcheurs, aux bateaux, à l’univers du travail. Aujourd’hui elle est essentiellement un symbole des loisirs et des plaisirs. Mais en France, ce sont d’abord l’aristocratie et la haute bourgeoisie qui découvrent les plaisirs du bord de mer. Cet attrait de la côte a été immortalisé par Marcel Proust dans les différents volumes de A la recherche du temps perdu, avec Cabourg/Balbec, ou, avec le développement des chemins de fer, dans les nombreuses publicités pour la Côte d’Azur ou les côtes normandes ou atlantiques. L’historien Alain Corbin, dans un ouvrage qui a fait date, Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, a souligné le changement des mentalités. Objet de répulsion et de peur, la plage devient peu à peu un objet valorisé, source de bienfaits thérapeutiques puis de loisirs et de plaisirs.

Nous avons tous en tête les cartes postales de la Belle-Epoque avec ses dames aux ombrelles et messieurs en maillots de bain couvrants…

Le sable et l’eau sont peu à peu apprivoisés, et avec eux émergent les sports de plage. On parle de clubs et du « gymkhana » (lui aussi emprunté aux Anglais, qui eux-mêmes l’avaient ramené des Indes). C’est la plage de la Baule qui crée le premier club de plage, en 1913. En France, les jeux et les sports de plage ont d’abord une visée hygiéniste. Dès les années 1920, certains clubs proposent des activités de volley-ball ou de basket-ball. C’est avant tout pour être en bonne santé. D’ailleurs, ce sont plutôt les eaux froides de l’Atlantique qui ont les faveurs des médecins. La tiédeur de la Méditerranée est quant-à-elle vue de manière circonspecte (vectrice de maladies ?).

Avec les congés payés et le Front populaire, la plage se démocratise et devient un lieu de loisirs par excellence. Dans l’après-guerre, cet engouement se renforce. On assiste à la naissance d’une iconographie de la plage et des vacances. Les châteaux de sable et les épuisettes sont les symboles des vacances et de l’enfance.

Pier_and_Yacht_Harbor,_Santa_Monica,_California

La plage américaine : émergence d’un imaginaire moderne, l’origine de nos jeux de plage actuels

Mais cette tendance n’est pas uniquement française, loin s’en faut. Et nombre des jeux de plage que nous connaissons aujourd’hui ont pris naissance aux Etats-Unis. Plus encore, « les références à la plage sud californienne sont omni-présentes dans les imaginaires contemporains de l’univers balnéaire : le surfeur aux cheveux blondis par le soleil, le sauveteur en mer bronzé, la starlette en maillot de bain et le sportif bodybuildé sont des figures emblématiques qui colorent notre expérience de la plage, que l’on soit à Malibu ou sur les rivages normands ». Ce constat de l’historienne Elsa Devienne prend une résonance particulière à l’approche des vacances. Dès les années 20, la plage, notamment à Los Angeles, s’inscrit aux confluents de la nature et de la ville. Elle voit l’émergence d’une culture (ou contre-culture) spécifique, avec ses codes propres, et mêle le jeu et le sport.

A la différence de l’approche française, tournée vers la santé, les Californiens s’inscrivent dans une démarche hédoniste et ludique. Il s’agit de profiter de la plage, comme en témoigne la culture des beach parties. C’est le corps qui est mis en avant, avec une dimension de spectacularisation. La proximité entre Hollywood et les plages de Los Angeles fera du cinéma un puissant vecteur de diffusion de cette culture.

Le corps sur la plage doit donc être élancé, musclé, en un mot esthétique. D’où la prééminence des sports de plage. L’influence de Hawaii et de sa tradition du surf se fait sentir elle-aussi. La plage californienne est ainsi dès les années 20-30 un creuset qui permet l’essor des pratiques que nous connaissons aujourd’hui.

Le surf, le beach-volley, le beach-ball ou encore le frisbee sont donc une version balnéaire de l’american way of life !

Beach ball

Le beach ball (ou ballon de plage), qui est notre traditionnel ballon gonflable, a été en réalité popularisé par une série de « beach movies » des années 1960. C’est grâce à la mode des starlettes américaines que nous avons tous joué au ballon et pleuré à la crevaison de ce dernier.

On doit également aux plages américaines notre jeu de beach ball. En France, le beach ball désigne le jeu de raquettes auquel on joue sans filet, avec une balle en caoutchouc et des raquettes en bois. Aux Etats-Unis on parle de paddle ball. Mais, cocorico, tous les jeux de raquettes sont en réalité des héritiers de la pelote basque. L’honneur est sauf.

Frisbee

Enfin, comment évoquer la plage américaine et ses jeux sans parler du frisbee ? Le frisbee aussi est né sur la plage de Santa Monica dès la fin des années 30. On le doit à un jeu improvisé entre un jeune homme et sa compagne. Ils se lancent des boites de pop corn, puis des moules à cake, plus aérodynamique. Enfin après la guerre, ce sera un disque plat. Le nom de départ était « pluto platter », en référence à la planète Pluton et renvoyait à l’imaginaire des soucoupes volantes. Ce sera finalement frisbee, plagiat à peine déguisé du nom de la Frisbie pie company, entreprise de boulangerie dont les étudiants utilisaient les moules pour jouer au … frisbee.

plage jeu ballon vintage

Le littoral français et le concours de château de sable

Si les Etats-Unis ont modelé l’imaginaire de la plage sportive (avec une concurrence accrue ces dernières années des Brésiliens ou des Australiens), nous avons également nos traditions. Au-delà des clubs Mickey, héritiers des clubs de plage créés après la première guerre mondiale !

Pour avoir une image d’Epinal de la plage française, rien de tel que le feuilletage des croquis de Germaine Bouret.

…ou des albums Martine. En quelques croquis, tous les symboles sont réunis : châteaux de sable, ballons, épuisettes, cerfs-volants et cornets de crème glacée. Certes, on peut reprocher à Martine de véhiculer une image bien genrée et ancrée dans les années 50, mais la force des images demeure !

Si l’on prend le château de sable, il est consubstantiel à nos plages. Par exemple, de nombreuses communes organisaient et organisent toujours des concours de château de plage. Cette pratique était courante à la Belle Epoque. Le Figaro a même organisé, pendant des années, un concours national, auquel participaient des milliers d’enfants pendant tout l’été.

Déclinés selon les endroits avec force tourelles, moules à coquillages et autres moulages éphémères de tous ordres, le château de sable reste encore aujourd’hui un incontournable de la plage.

A ses côtés, le cerf-volant est également un emblème de la plage française. Dans sa version bricolée, dans sa version sportive ou dans une version plus esthétique. Qui imagine la côte d’opale ou la côte atlantique sans ses cohortes de formes multicolores flottant au vent ? Même s’il a sans doute été inventé en Chine il y a plusieurs milliers d’années…

chateau de sable

L’eau, le sable ou l’air : que retenir pour nos enfants pour aller à la plage ?

Au final, tous les jeux et les jouets de plage se rattachent à un élément. Et nous pouvons y voir une caractéristique spécifique.

Le sable permet de construire, de mouler. L’eau permet d’éclabousser (avec les mains ou des ustensiles), de flotter (bouées, matelas, et petits bateaux…). L’air quant à lui permet le vol et apprend à apprivoiser le vent (cerf-volant, moulin à vent…).

Pour sortir du choix cornélien, au moment de partir en vacances ou à la plage, Les plus Beaux jouets du Monde vous proposent de retenir à la fois un jeu individuel et un jeu collectif (ballons, raquettes…) et un jouet qui permette d’occuper, intéresser votre enfant sur la durée ! Pour faire de la plage un plaisir pour … tous.

Et pour finir sur une note écolo, et éviter à nos plages un surcroît de plastique, n’oublions pas de ramasser nos jouets avant de partir (et de choisir des matières écolo) !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *